vendredi 20 février 2015

Le bilan des 4 ans à la PMI

Ce matin c'était la fameuse visite obligatoire des 4 ans à la PMI pour ma mini.


Courant novembre, ma puce est sortie de sa classe avec une lettre dans la main m'informant qu'en décembre elle aurait une visite médicale à l'école faite par la médecin et l'infirmière de la PMI. J'étais vivement conviée à cette visite et je devais remplir un questionnnaire.


Vous voyez moi je suis râleuse, j'ai cette tendance à vouloir tout remettre en question et à me poser trop de questions (ah bah tiens finalement ma fille est comme moi), je me suis donc dit  « Mais c'est quoi cette visite ? À quoi elle sert ? C'est quoi se questionnaire où on s'intéresse à ma vie privée...etc ». Oui je l'assume par moment je suis une vraie chieuse (et fière de l'être, merci à ma maman de m'avoir transmis ça lol)

Ma fille étant bien suivie médicalement, je ne vois pas pourquoi son médecin ne pourrait pas effectuer lui même ce bilan, non ? Au fond de moi j'ai surtout pensé que c'était encore une connerie mise en place pour nous juger en tant que parents et nous faire la morale . 

Le 19 décembre ma mini était malade, on a donc râté le premier rdv. On nous l'a reprogrammé courant janvier mais elle était encore malade...c'est l'hiver que vous voulez vous. Et puis plus rien, je me suis dit ouf on nous a oublié, on est passée à travers les mailles du filet.

Mais non un beau jour un courrier est arrivé dans ma boîte aux lettres avec un nouveau rdv programmé pendant les vacances de février. En plus mon nom de famille était mal orthographié, pfff ! Sur le coup j'ai vraiment eu l'impression d'être harcelée.

Alors je suis allée râler sur Instagram. C'est là qu'on m'a expliqué en quoi consistait cette visite : détecter les problèmes que peut avoir l'enfant que ce soit des problèmes de santé ou bien des problèmes familiaux. Elle a donc un bon fond, c'est vrai que c'est une bonne chose de repérer les enfants en difficulté, je ne peux pas dire le contraire. N'empêche ça me laisse quand même cet amer sentiment d'être fliqué une fois de plus. Déjà à la naissance de ma puce l’infirmière de la PMI voulait a tout prix passer chez moi, j'avais refusé car je n'avais pas besoin d'aide puisque ma mère était auprès de moi et chaque jour la SF passait à la maison. L'infirmière est quand même allée jusque téléphoner à ma SF pour avoir des renseignements et pour savoir si elle me suivait bel et bien. Vive la liberté...

Le fameux rdv est donc arrivé. Pour le coup j'étais même pas trop stressée...miracle !

Ma puce a passé tous les test haut la main : elle voit bien, elle parle bien, elle est bien dans sa peau...bref elle est normale et équilibrée. VICTOIRE !

Pendant que ma puce passait ses tests j'ai eu le privilège de répondre à une tonne de questions.
La grossesse s'est bien passée ? Depuis combien de temps êtes vous séparé avec le papa ? Blablabla...

Bien entendu il y a eu la fameuse question« vous fumez ? » , suivi par le « oh c'est bien de ne pas fumer ». Ça me rappelle mon premier rendez-vous à la maternité quand la SF m'a dit comme je ne fumais pas : « je n'aurais pas à me battre avec vous », euh sérieux j'aurais aimé voir ça ! Oui fumer ce n'est pas bon, je ne fume pas, je déteste l'odeur du tabac froid mais je pars du principe que le tabac est en vente libre donc si je fumais ça serait mon droit. 

Dans la multitude des questions on en est venu à l'alimentation, le sujet que je redoutais car je savais que j'aurais le droit au blabla classique. J'aurais pu mentir pour avoir la tranquillité mais je n'ai pas voulu. J'ai expliqué que c'est un peu compliqué car la puce ne veut pas goûter. Alors bien entendu j'ai eu la traditionnelle réponse « il faut continuer malgré tout à lui mettre dans son assiette ce qu'elle ne veut pas goûter ». Cette réponse bateau me fait toujours rire car si je mets 3 haricots verts avec les frites et les nuggets de ma mini elle ne veut plus son assiette, donc je n'en vois pas l'intérêt... c'est ce que j'ai tenté d'expliqué au médecin.

Malheureusement pour moi elle était bornée et elle voulait avoir à tout prix raison (bah oui tiens je ne suis qu'une mère de famille...enfinc'est moi qui suis la mieux placée pour savoir comment agir avec ma fille) elle m'a donc conseillé de mettre les légumes dans une assiette à part. Sérieux tu crois que je n'y ai pas pensé toute seule ? J'ai hoché la tête positivement en pensant dans ma tête « et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu ».

Je sais pertinemment que lorsque ma mini veut enfin goûter quelque chose, elle le demande. Justement avec elle plus on insiste moins ça fonctionne, c'est une chieuse comme moi.
Ma puce est bien proportionnée, elle est en forme, je ne vois pas l'intérêt de la harceler pour qu'elle mange. Ça viendra. D'ailleurs doucement mais sûrement la situation se décante et je sais qu'un jour elle en mangera des légumes.

Je craignais aussi le sujet du coucher parce que voilà je suis une mère indigne. Alors ça va de soi que je n'ai pas parlé du cododo, on sait que c'est le mal absolu. J'ai expliqué que ma fille était dans son lit à 20h/20h30 sans préciser qu'elle ne s'endormait pas avant 21h30/22h. Comme j'ai donné la bonne réponse j'ai eu le droit à des félicitations, hourra. J'ai senti une pointe de jugement lorsque la médecin m'a demandé si elle s'endormait toute seule dans sa chambre. Alors j'ai arrangé un peu la vérité en disant qu'elle s'endormait pendant l'histoire du soir...pas qu'il fallait encore 15 minutes de gros câlins l'une contre l'autre pour qu'elle s'envole aux pays des rêves. Oui personnellement je ne vois pas le problème qu'elle ait besoin de maman pour s'endormir.

La question qui m'a fait vraiment rire jaune c'est à propos de notre vie à la maison. On m'a demandé si on ne vivait que toutes les deux, j'ai donc expliqué que la semaine on était toutes les deux mais que le week-end l'amoureux était là. La médecin m'a dit « Oh mais c'est bien vous avez de l'aide ». J'avoue je n'ai pas vraiment aimé sa remarque, il y avait dedans ce sous-entendu que les mamans solo galèrent avec l'éducation de leur enfant (après elle ne l'a peut être pas dit dans ce sens, mais le mystères de le communication humaine veut que je l'ai ressenti de la sorte)J'avais seulement envie de lui répondre que toute seule je m'en sortais parfaitement , qu'une maman solo peut s'en sortir sans qu'un homme vienne jouer les pères fouettards. Alors oui le week-end je peux souffler : l'amoureux fait la vaisselle (et plein d'autres choses) et joue avec la puce. Je peux le dimanche matin prendre mon temps dans mon bain sans avoir peur que la puce fasse une bêtise au salon, je peux aussi cuisiner plus tranquillement. Mais c'est moi qui éduque ma fille et personne d'autre. Il va de soi que je laisse l'amoureux prendre aussi sa place il ne doit pas se laissait faire si la petite lui manque de respect ou ne l'écoute pas . Mais j'avoue j'ai toujours un œil qui traîne et parfois je mets le hola quand la puce déborde avec son beau papa.

Bref cette visite est passée, une bonne chose faite ! Elle s'est bien déroulée, je ne peux pas dire le contraire la médecin et l'infirmière étaient très gentilles. Comme je disais ce qui m'énerve c'est toujours ce discours on sait mieux que vous. Alors oui peut-être que certains parents ont besoin d'aide mais moi je m'en sors. Je tiens à préciser qu'il n'y a rien de méchants dans mon texte, je suis juste une grande râleuse qui adore extérioriser en écrivant ;-)

Ma mini se porte comme un charme du haut de ses 108 cm et de ses 18,100 kg.


Dans un an rebelote pour la visite médicale en GS pour le passage en primaire, là ça sera avec l'infirmière scolaire. J'ai des souvenirs horribles des visites médicales dans le cadre scolaire.

  

Sur ce, je vous souhaite une douce soirée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire